Pour sauver la forêt du Morvan, des gens se groupent pour l'acheter peu à peu

Publié le 18 Juin 2017

Jacques Gorlier inspecte une ancienne friche achetée par le groupement, où la forêt se développe naturellement.

Jacques Gorlier inspecte une ancienne friche achetée par le groupement, où la forêt se développe naturellement.

Les belles forêts de feuillus morvandelles laissent peu à peu place à des monocultures de pins douglas, prisés par l’industrie du bois. Pour lutter contre cet enrésinement, un groupement forestier de 530 associés gère en sylviculture douce les parcelles de hêtres, chênes, et autres merisiers qu’elle a achetées.

Repost 0
Commenter cet article